// Calendrier
 
// Salon du livre d'histoire des sciences et des techniques
Salon 2009
Salon 2008
Salon 2007
Salon 2006
Salon 2005
Salon 2010 : le Corps réparé.
 
// Tournée du livre de science dans les centre de la CCAS
La tournée 2009
La tournée 2010
 
// Qsec !
QSEC dans le Val-de-Marne.
 
// Savante Banlieue
Savante Banlieue 2005
Savante Banlieue 2006
Savante Banlieue 2007
Savante Banlieue 2008
Savante Banlieue 2009
Savante Banlieue 2010 annulée
 
// Les Rencontres Sciences Culture Démocratie
Rencontres Sciences Culture Démocratie 2009
Rencontres Sciences Culture Démocratie 2010
 
// Terre en tête, Biennale de l'environnement pour un développement durable
Terre en tête 2006
Terre en tête 2004
Terre en tête 2004: les actes de la Biennale 2004
Terre en tête 2008
 
// Événements en partenariat avec l'ASTS
Astronomie en PACA
Fête de la science 2010 en PACA
La Planète Terre Esson' Avenir
Les Cinés-Citoyen 2009
Séminaire international « La culture scientifique au Sud»
Travelling Savant
Travelling Savant - Le développement durable, le Kosmos et moi
 
// L'actualité des partenaires
Colloque Wikipédia 2007
 
// Archives des manifestations
Archives des manifestations
 
// Forum « La Science et Nous »
Forum 2006
Forum 2005
Forum 2004
Forum 2003
Forum 2007
Forum 2008
 
// Curieux 2 Sciences
Curieux 2 Sciences 2005
Curieux 2 Sciences 2006
Curieux 2 Sciences 2007
Curieux 2 Sciences 2008
Curieux 2 Sciences 2009
Curieux 2 Sciences 2010
Curieux 2 Sciences 2011
 
// Forum "Sciences et Citoyenneté"
Forum 2005
Forum 2007
Forum 2008
 
// Les Horizons du Savoir
Horizons du Savoir 2007
Horizons du Savoir 2008
Horizons du Savoir 2009
Horizons du Savoir 2010
 
// Sciences métisses
Sciences métisses 2011
 
 
# Contact
# Recherche
# Abonnement newsletters
# Plan du site
 
 
 
 
> Terre en tête, Biennale de l'environnement pour un développement durable > Terre en tête
Transport et développement durable: quelle place pour l’avion ?
Le développement technologique a permis d'accroître et d'accélérer les mobilités, et de démocratiser l'accès au transport. Au cours des quarante dernières années, le transport aérien, en particulier, a largement favorisé les échanges internationaux et les circulations intérieures. Cependant, ce mode de transport a d'importantes conséquences locales et globales sur l'environnement et les populations. Quelles perspectives et quels leviers d'action se dégagent pour les différents acteurs et modes de transport?
 
http://www.asts.asso.fr
 
Samedi 16 Septembre 2006
 
# Contact
Hirbec Manuel
 
# Téléchargement
Le dossier complet
  > télécharger
 
 
 
 
imprimer 
envoyer 
 
 
 

Les enjeux


Le développement des techniques et des réseaux a permis à la fois de développer et d'accélérer les mobilités, et de démocratiser l'accès au transport. Au cours des quarante dernières années, le transport aérien, notamment, a largement favorisé les échanges internationaux et les circulations intérieures. Il permet le déplacement des personnes et des marchandises sur de grandes distances en temps record et fait désormais partie intégrante de nos sociétés et de nos habitudes.

En France, en particulier, l'arrivée des premiers charters dans les années soixante a amorcé le décollage du transport aérien. Dans les années quatre-vingt, le développement des lignes régulières, l'extension des aéroports et l'augmentation de la capacité des avions a accentué ce mouvement. En 1995, l'ouverture partielle à la concurrence du marché intérieur puis l'apparition des compagnies à bas prix (low-cost) a accéléré cette croissance. L'avion a ainsi rejoint puis largement dépassé le train dans le budget des ménages français, dont l'évolution des comportements en matière de déplacements, plus nombreux et plus longs, a coïncidé avec cette nouvelle offre.
Cette tendance est mondiale. Le trafic aérien s'accroît de 5% par an depuis une trentaine d'années, du fait notamment de l'explosion du tourisme international, de l'accroissement des vols intérieurs ainsi que du transport de marchandises lié à la mondialisation des échanges et à la croissance mondiale. Ce phénomène s'est encore accru récemment par le développement de la production et des marchés asiatiques. En Europe, le trafic des aéroports a ainsi quintuplé depuis 1970.

Cependant, cette vitalité et ce développement du transport aérien mondial a d'importantes conséquences locales et globales sur l'environnement et les populations. A l'échelle planétaire, l'émission directe de gaz à effet de serre par les aéronefs contribue à accroître le réchauffement climatique. Au niveau régional, les émissions de polluants atmosphériques concourent à l'acidification et à la formation d'ozone troposphérique, contribuant ainsi aux pollutions de l'air, de l'eau, du sol et dégradant les espaces vitaux. Au niveau local, au voisinage immédiat des aéroports, les préoccupations se concentrent sur les effets sanitaires et environnementaux des nuisances sonores, d'une part, et de la pollution atmosphérique due à des émissions telles que les oxydes d'azote, les composés organiques volatils et les particules, d'autre part. Ces nuisances ont aussi un impact social dans les communes riveraines des aéroports, pour lesquelles la qualité de vie se dégrade, directement et indirectement, en raison du départ de particuliers aisés et d'activités qui peuvent se relocaliser en zone de moindre nuisance.
A ces effets majeurs, s'ajoutent les déplacements routiers induits (à partir et vers les aéroports) et l'imperméabilisation des sols par les infrastructures aéroportuaires.
Parallèlement, les problèmes liés à la saturation des aéroports, à la surchage ou à la déficience des systèmes de contrôle ainsi qu'à la forte pression sur les coûts, en raison d'un secteur fortement concurrentiel, accroissent les risques de sécurité.

L'industrie du transport aérien a pourtant déjà accompli des progrès techniques non négligeables, par la réduction des nuisances sonores et l'accroissement de l'efficacité énergétique des avions, évaluée à 2 ou 3 % par an depuis 1970, induisant une diminution relative des émissions de gaz à effet de serre et des pollutions.
Pour réduire encore ces impacts, différentes réponses sont envisagées. A l'instar du système de taxation des nuisances sonores, certains préconisent de taxer le carburant, ce qui aurait pour conséquence d'augmenter le prix des billets et d'infléchir ainsi l'accroissement du trafic aérien, en particulier touristique. Les compagnies aériennes et de nombreux acteurs économiques s'y opposent. Ils soulignent le rôle du transport aérien dans l'économie mondiale et à l'échelle locale. Le groupe Aéroports de Paris, par exemple, génère en Ile-de-France environ 100 000 emplois et 3% du Produit Intérieur Brut régional.
Par ailleurs, le transport aérien est particulièrement sensible aux crises majeures ponctuelles (grippe aviaire, attentats du 11 septembre 2001), et surtout à l'augmentation des prix du pétrole, dans un contexte géopolitique et naturel lié à sa déplétion. Les compagnies aériennes mettent en avant l'effort de renouvellement des flottes et préconisent un système d'échange de quotas d'émission régulé par un marché mondial.

Plus largement, c'est la place même des transports dans la société qui interroge tous les acteurs: quelles logiques économiques, sociales et culturelles génèrent un tel développement du transport aérien? Ne faut-il pas s'interroger sur une organisation et un mode de vie qui accentuent les déplacements? Quelles seraient les conséquences pour l'économie d'un fléchissement du trafic aérien en France? Quels sont les leviers des politiques publiques pour encourager d'autres modes de transport? Ne risque-t-on pas alors de déplacer les pollutions et les nuisances? La construction d'un troisième aéroport international en Ile-de-France peut-il favoriser le développement du transport aérien ou le refus d'un tel projet constituer un frein à son expansion? Quelle serait l'efficience d'une taxation supplémentaire des billets? Par ailleurs, quels seraient les effets d'une privatisation des aéroports?

À TÉLÉCHARGER
Un fichier comprenant l'ensemble des informations contenues dans cette page et incluant des repères, des indicateurs et des ressources bibliographiques et sitographiques est à télécharger ci-contre (version .pdf)